Cession de terrains municipaux et nouvelles écoles : Non-respect de la gouvernance municipale

Le maire Marc-André Plante a réagi à l’adoption du projet de loi 40 : Loi modifiant principalement la Loi sur l’instruction publique relativement à l’organisation et à la gouvernance scolaires, qui oblige désormais les municipalités à céder gratuitement les terrains destinés à la construction de nouvelles écoles sur leur territoire.

« En agissant de la sorte, et surtout en n’ayant pas consulté les municipalités pour envisager des solutions consensuelles, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur s’immisce dans la gouvernance des villes », fait valoir le maire Plante. « Dans l’éventualité où une ville et un centre de services scolaires ne s’entendraient pas sur la cession d’un terrain quelconque, soit pour des raisons de coûts ou d’aménagement du territoire, les décisions seront prises par des non-élus dans les bureaux du ministère. »

Inutile d’ajouter que l’impact financier vient d’être relégué dans la cour des contribuables fonciers. La Ville n’aura d’autres options que d’imputer à ses citoyens la charge des terrains ainsi cédés, allant même jusqu’à devoir assumer les coûts d’expropriation si le terrain ne lui appartient pas.

Dans un avenir rapproché, l’ex- Commission scolaire Seigneurie-des-Milles-Îles prévoyait l’aménagement à Terrebonne d’une école primaire. L’ex- Commission scolaire des Affluents construit actuellement l’école des Explorateurs sur le boulevard des Plateaux et planifie la construction d’une école secondaire et d’une autre école primaire.

« Notre autonomie municipale et notre capacité de prendre nos décisions et de nous endetter en étant redevable à nos citoyens sont remises en cause par ce projet de loi. Par cette décision, le gouvernement du Québec fait porter l’odieux d’une nouvelle augmentation des taxes foncières auprès des citoyens qui nous confient la gestion des deniers publics », poursuit le maire.

Comme dans les autres villes du Québec, les élus de Terrebonne valorisent les meilleures conditions pour offrir une éducation de qualité et reconnaissent l’importance de construire des écoles offrant un cadre de vie stimulant et sécuritaire. Ils désirent ouvrir le dialogue avec le ministère pour trouver des solutions équitables pour leurs contribuables.