UN PACTE FISCAL SATISFAISANT DANS LE CONTEXTE ÉCONOMIQUE ACTUEL

TERREBONNE, VENDREDI LE 25 SEPTEMBRE 2015 – La Ville de Terrebonne accueille favorablement le pacte fiscal proposé aux municipalités par le gouvernement du Québec. Dans le contexte actuel des finances publiques, le maire de Terrebonne, M. Jean-Marc Robitaille, estime que cette nouvelle mouture du pacte fiscal contient plusieurs éléments intéressants.

Revenus et responsabilités

« Lors du dernier pacte fiscal qui nous a été présenté comme transitoire, j’avais émis des réticences, notamment en soulignant que bien souvent il n’y a rien de plus permanent qu’une mesure présentée comme transitoire. Nous ne nous faisions donc pas trop d’illusions pour celui-ci, notamment en raison du contexte d’austérité qui se traduit par des finances publiques plus fragiles. À ce titre, nous retenons surtout que le nouveau pacte proposé par le gouvernement provincial ne nous retire pas de revenus supplémentaires, autres que ceux annoncés, et n’ajoute pas de nouvelles responsabilités aux municipalités, comme cela a déjà été le cas par le passé. Disons que pour cette année, cela représente un statu quo qui est bien accueilli », a d’abord expliqué M. Robitaille.

Relations de travail
Parmi les éléments qui retiennent aussi l’attention, il y a la question des relations de travail. Le gouvernement du Québec propose ainsi aux municipalités de pouvoir décréter les conditions de travail si une entente avec les syndicats respectifs s’avère impossible. « C’est définitivement une mesure intéressante, car elle vient équilibrer le rapport de force en situation de négociation. On ne sait pas encore de quelle manière celle-ci sera appliquée, mais je crois toutefois qu’il faut être prudent afin de ne pas nuire au climat de travail et aux relations entre la Ville et ses employés. Il faudra voir comment on nous propose d’encadrer cette possibilité de décréter les conditions de travail », a ajouté le maire.

Le pacte fiscal
Les municipalités devront composer avec des coupures récurrentes de 300 M$ au cours des quatre prochaines années. Perte financière en partie compensée par un transfert totalisant 350 M$ pour la voirie aux cours de ces mêmes quatre années. « Nous connaissons un développement soutenu à Terrebonne et la vigueur économique que nous affichons nous permet d’éviter que ces coupures du gouvernement provincial se traduisent par des hausses importantes de l’impôt foncier pour notre population. Notre administration continuera de soutenir le développement, moteur de notre prospérité à Terrebonne », a conclu M. Robitaille.